Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

13 Juillet : départ vers Namur ou Zakopane

En route vers Cracovie

 

 

 

 

JMJ 07 13 9 JMJ 07 13 9  

 

« La pluie du matin n'arrête pas le pèlerin ».

Surtout pas si ce sont des pèlerins du diocèse de Cambrai en route vers Cracovie pour leur première étape !
Les sacs chargés dans les soutes sont remplis de cadeaux pour les familles qui accueilleront les jeunes, d'intentions de prières qui leur ont été confiées, de crème solaire (parce qu'on a la foi en partant aux JMJ!), et de gâteaux au chocolat pour le voyage.

 

 

 

 

 

 

JMJ 07 13 3 JMJ 07 13 3  

 

 

Après une belle bénédiction d'envoi, les cars prennent la route de Namur, ou de Zakopane.

Bon voyage !

 

 

 

 

 

 

 

JMJ 13 07 Namur 6 JMJ 13 07 Namur 6  

 

 

 

Après ce grand départ, ceux qui sont partis vers le Nord vivent leur première étape à Namur en Belgique. Quel bel accueil ! Les Belges nous attendent pour partager un premier repas dans les (beaux!) jardins du séminaire avant que les groupes ne partent pour les différentes activités :

 

 

 

 

 

les Kremowka partent découvrir la ville à travers un jeu de piste réalisé par la ville.

 

 

Les Boniek rejoignent le festival « Come and See » pour de l’évangélisation de rue avec un flashmob qui pulse ! Le Père Mathieu Bobin nous dévoile ses talents de hip-hop, et les passants sont heureux de voir des jeunes dynamiques et souriants. Quelques-uns se joignent même au groupe ! Notre-Dame de Grâce continue d'ailleurs de les accompagner.

 

 

 

 

JMJ 13 07 Namur 25 JMJ 13 07 Namur 25  

 

 

Puis il se rejoignent pour vivre une eucharisite avec l'évêque de Namur, Mgr Rémy Vancottem.

Notre Manu bien aimé en a déjà fait son nouvel ami :)

 

 

 

 

 

 

Les Szopen sont déjà en train de répéter pour la représentation de ce soir de « Choisis la Vie ».

Pauline, 17 ans, raconte : Je trouve que c'est vraiment une super expérience de jouer cette pièce sur la vie de Jean-Paul II. En jouant la pièce, j'ai appris la vie de ce pape et j'ai découvert qu'il a créé de nombreuses choses dont les JMJ. J'aime beaucoup témoigner en jouant et partager avec les spectateurs.

 

Héloïse, 23 ans, raconte que ce qui l'a le plus touchée, c'est le final du spectacle  : "C'est véritablement une merveilleuse pièce qui réchauffe les cœurs non seulement pour ceux qui y contribuent mais aussi pour ceux qui l'écoutent, la regardent et l'apprécient. A la fin de la représentation, nous avons regagné nos familles d'accueil qui nous ont réservé un accueil plus que chaleureux, ainsi qu'un bon lit douillet ! J'ai hâte de découvrir la suite de cet incroyable périple ... "

 

JMJ pique nique Wojtyla 1 JMJ pique nique Wojtyla 1  

Les Wojtyla, eux, font route vers Zakopane, et ont hâte d'arriver et de vivre dès demain leur première journée de marche. Agathe, 17 ans, de Cambrai raconte : « J'aime beaucoup l'esprit de pèlerinage. C'est un peu comme un appel pour faore évoluer ma foi et la rendre plus forte. Pour le moment le trajet est fatiguant mais se fait dans une excellente ambiance, entre les jeux et les chants, je suis ravie ! ».

 

 

Les attentes des uns et des autres sont belles et diverses :

 

Perrine, 23 ans, elle explique combien elle a été marquée par les JMJ de Madrid :

J'ai déjà connu des JMJ, je suis allée à ceux de Madrid. Ce qui m'a le plus impressionné c'est la cohésion. C'est de voir cette foule de jeunes des 4 coins du monde, venu pour la même chose que moi, c'est à dire le Christ et le Pape. Le plus émouvant était de s'unir avec le Pape et prier le Seigneur d'une même voix malgré nos langues respectives. Pour moi, refaire les JMJ sur les pas de Jean-Paul II c'est un peu un retour aux sources. C'est retrouver cette ambiance et cette chaleur propre à cette aventure.

 

Mais pour Théophane, 16 ans, de Douai c'est tout autre chose :

Je pars pour la 1ere fois aux JMJ. J'aimerai renforcer ma foi, la faire grandir. Le fait de pouvoir vivre cette aventure avec de nombreux jeunes du monde entier m'a beaucoup plu. Quoi de plus beau que de partager sa foi ?

 

Pour Ségolène, 21 ans, cette première journée était "très belle. Je ne pensais pas découvrir autant de belles choses à Namur. Places, statues, jeu de piste dans la ville... et déjà de belles rencontres. J'ai aussi pu redécouvrir la messe à travers la chorale, c'était un très beau moment".

Et le mot de la fin de la journée est pour elle : "Vivement la suite" !

Article publié par Marie Payen • Publié Mercredi 13 juillet 2016 • 1946 visites

Haut de page